28 janvier 2008

«Bougez avec la Poste», enfin commencez tout seul

Je sais que Danny Boon en a déjà fait un sketch désopilant, mais c’était plus fort que moi : il fallait que j’écrive sur cette merveilleuse administration qu’est La Poste.
J’ai eu ces derniers temps plusieurs fois l’occasion de me rendre à celle de ma ville, et depuis ma première visite j’angoisse à l’idée d’y retourner.
D’abord la Poste est située juste au bord de la nationale, à côté d’une école et de quelques commerces de proximité, à proximité desquels, justement, il est impossible de se garer.
Les seules places de parking sont disputées par des riverains désespérés qui aspirent uniquement à ne pas laisser leur voiture à l’autre bout de la ville lorsqu’ils rentrent éreintés du travail ou du plein de courses au supermarché.
Evidemment la Poste est au nord de la ville, alors que j’habite au sud, ce qui me rend l’accès à pieds, si ce n’est impossible, du moins difficile, surtout quand il faut effectuer l’aller ou le retour lesté d’un colis de plusieurs kilos.
Bref, tout ça pour dire que je me gare comme je peux, et pas forcément sur des emplacements appropriés (trottoir, abri bus…).
L’ennui c’est qu’il faut prévoir à chaque fois au moins une bonne demie heure pour accéder à l’unique guichet, ou à l’un des deux si l’on tombe par chance sur un jour en sureffectif, pour cause de RTT soldés ou d’erreur de planning.
Le 3ème guichet, celui du milieu, est destiné aux détenteurs de la carte professionnelle, pass magique qui est censé permettre aux chefs d’entreprise de ne pas perdre trop de leur précieux temps en allant directement à la case comptoir sans passer par la case file d’attente.
La première fois que je suis allée à cette Poste, il y avait déjà une dizaine de personnes devant moi, dont au moins la moitié de personnes âgées.
Oh, je n’ai rien du tout contre elles, mais j’ai eu largement le temps de me demander si cette tranche de notre population écrivait davantage de lettres que la moyenne, si elle tenait particulièrement à remettre son courrier en main propre au postier pour lui demander des nouvelles de sa mère plutôt que de le glisser bêtement dans une boîte impersonnelle, ou si, par peur de se faire agresser et voler, elle venait chaque jour retirer de son compte la somme nécessaire à ses achats quotidiens :
« - Je voudrais retirer 8 euros 24, s’il vous plait monsieur : il faut que j’aille acheter du pain, le journal et de quoi me faire une bonne soupe de légumes.
Pas de celles qu’on achète toutes prêtes et pleines de cochonneries de conservateurs non.
Mon feu mari adorait cette soupe, il nous a quittés il y a 12 ans maintenant, ça passe…vous savez ce que je mets dans ma fameuse soupe ? Des navets, des pommes de terre bien sûr…et bla bla bla »
Je comprends la solitude de certaines personnes âgées, et je compatis, mais de là à venir la combler au bureau de Poste, non : il y a bien assez de clubs de bridge ou de scrabble ici pour avoir une bonne excuse.
Bref, j’allais chercher un colis, que le facteur avait tenté de déposer chez moi la veille à 11h18, pendant l’un des seuls créneaux horaires où je ne suis pas censée être à la maison, vu qu’il faut que je sois à la sortie de l’école.
Alors que j’attendais patiemment (ou au moins en apparence), tout en jetant un œil à ma voiture (mal garée, je le rappelle), une privilégiée détentrice de la carte pro, juste devant moi dans la file, osa la question qui fâche en demandant pourquoi il n’y avait personne au 3ème guichet, celui justement tout fait exprès pour elle.
« - Ah désolée madame, mais le guichet pro n’ouvre que de 14 à 15 heures : il faudra repasser plus tard ou faire la queue comme tout le monde »
Nos regards incrédules et stupéfaits se sont croisés, et elle m’a prise à témoin : « On dirait un sketch, c’est fou ! Elle me sert à quoi cette carte si je dois faire la queue pendant une demie heure ? », et moi, compréhensive : « c’est clair que de 14 à 15, tout le monde le sait, les chefs d’entreprise n’ont rien de spécial à faire, si ce n’est aller à la Poste ».
Il aurait suffi que l’un des employés se décale d’un guichet l’espace de quelques minutes, mais a priori le déplacement latéral n’est mentionné nulle part dans les procédures de la Poste, pas plus que de quelconques objectifs de productivité visiblement.
Après une longue, longue, longue attente, j’arrive enfin au guichet, munie de mon bordereau et de ma pièce d’identité (heureusement que je ne l’avais pas oubliée, celle-là).
Je ne vois pas la personne à qui je m’adresse, elle doit être assise par terre ou le comptoir n’est pas à la bonne taille.
En face de moi, une vitre à la propreté douteuse munie d’une large barre de métal pile à la hauteur de mes yeux : je dois me contorsionner en dessous pour apercevoir un petit monsieur de la cinquantaine, rabougri, au visage figé.
« Bonjour, je viens chercher un colis », et je m’empresse de lui remettre les documents avec le sourire.
Là, il part sans un mot dans la salle adjacente, qui semble être un entrepôt de colis de plusieurs milliers de m², étonnant pour une petite ville, étant donné qu’il ne revient qu’au bout de 15 minutes.
« Je ne l’ai pas trouvé, il ressemble à quoi ?
- Mais comment voulez-vous que je le sache, je ne l’ai pas encore vu, vous comprenez ? c’est pour ça que je viens le chercher d’ailleurs…
- Ah. »
Et il repart de plus belle encore 10 minutes.
Si ça continue je vais rater la sortie des enfants et je n’aurai même pas mon colis, ou comment passer sa matinée à piétiner pour rien.
Oh mon Dieu, il est 11h18 : peut-être que le facteur est en train de rédiger un autre avis de passage devant ma boîte aux lettres, alors que moi je suis là, à la Poste !
Inspirer, expirer, garder son calme.
L’employé revient alors, les mains vides, et s’assoit tranquillement : « Ah, j’ai oublié de regarder là. »
« Là », c’est un grand casier juste à côté de son guichet, qui contient évidemment mon précieux colis !
Je déteste la violence, mais je ne peux que constater avec étonnement le self-control des clients de la Poste : c’est peut-être parce qu’on n’a pas (encore) le choix, sinon le choix serait vite fait.
Une autre fois, je voulais à mon tour expédier un colis. J’avais apporté tout ce que je comptais y mettre, en me disant qu’acheter une boîte toute prête serait plus facile et rapide.
Après seulement 25 minutes, je déclarais à la dame du guichet : « Je souhaite acheter une boîte colis, voilà ce que j’ai à y placer », et de lui montrer mes cadeaux soigneusement emballés.
« - C’est pour la France ou pour l’étranger ?
- L’étranger
- Quel pays ?
- Tahiti
- Ah ben non, ça n’est pas l’étranger, les boîtes sont différentes ; c’est un DOM ou un TOM ?
- Mais j’en sais rien moi, pourquoi ? les boîtes sont aussi différentes pour chaque ?
- (criant à son collègue du guichet 1, à 2 mètres) Tu sais si on en a recommandé des boîtes DOM-TOM ???
- Non, faut que t’ailles voir en réserve
- Faut que j’aille en réserve
- (après 6 minutes 48 secondes) Non, on n’en a plus de la taille intermédiaire, j’ai juste le petit ou le gros modèle
- Dans le petit, ça ne rentrera pas, même à plat on le voit, et l’autre est beaucoup trop gros
- On va essayer de monter le petit
- Non, non, pas la peine (je tourne la tête et vois la file d’attente qui s’allonge et se met aux exercices de respiration contrôlée), on voit très bien que ça ne passera pas
- (après 3 minutes de simulation de montage) Ah non, c’est vrai c’est trop petit. Vous pouvez prendre le gros alors.
- Non, le contenu va nager, je n’ai pas de quoi le remplir
- Oui, mais il peut contenir 7 kilos
- Sauf que je n’ai pas 7 kilos de cadeaux à envoyer moi
- Vous pouvez l’emporter chez vous et le charger jusqu’à 7 kilos ?
- …Mais non ! Je n’ai rien d’autre à mettre dedans, je ne vais quand même pas le remplir de cailloux !
- Oh vous savez, on y est vite à 7 kilos, et puis il doit coûter dans les 40 euros, ça vaut le coup…attendez, je vérifie le code-barre…ah non : 75 euros »
Et là, tollé général dans la foule de gens incrédule qui s’est amassée derrière moi.
- Je ne vais pas acheter une boîte vide 75€ alors que je n’en ai pas pour cette somme à l’intérieur !
- Oui, mais vous pouvez mettre jusqu’à 7 kilos !
- … »
Et là, je suis partie avec mes cadeaux sous le bras en claquant la porte, c’en était trop pour mes nerfs.
De retour chez moi, il a fallu que je fabrique moi-même un emballage adéquat, en bricolant et recoupant un carton pioché dans mon garage (et il y en a !), et c’est toute fière que je me représente en 9ème place de la file d’attente le lendemain matin.
Je reconnais des visages familiers dans la queue : ont-ils passé la nuit sur place pour être sûrs d’arriver un jour au guichet ?
Il y a également de l’autre côté du comptoir la dame d’hier, et une jeunette : je vais attendre devant la novice, peut-être est-elle encore vierge de l’esprit d’entreprise, ou, avec un peu de chance, a-t-elle travaillé ou même effectué des stages auparavant dans une société privée.
J’ai trouvé le truc : dans la file, je bouquine, mets à jour mon agenda, trie mes tickets de caisse, bref : je m’occupe pour ne pas perdre patience.
J’ai même le temps de regarder les panneaux publicitaires et de découvrir leur super nouvelle opération marketing : pour toute ouverture d’un livret enfant, la Poste offre, tenez-vous bien : un sticker géant Shrek ! Le truc que tout le monde rêve d’avoir.
Je me demande où va notre monde, et mes pensées sont interrompues lorsque je me rends compte que ça y est, c’est à moi ! Je me présente enfin devant la jeune fille, et lui tends vaillamment mon colis-fait-maison digne de leurs boî-boîtes, avec beaucoup plus de ruban adhésif marron (j’en ai toujours à la maison, en cas de redéménagement en urgence).
Aucune question : elle sait lire une adresse toute seule sur un paquet et se contente de le peser. Elle ira loin cette petite, elle ne devrait pas rester au guichet bien longtemps.
« - Ca fera X euros madame, mais vous savez qu’en prenant un prêt-à-poster ça vous aurait coûté moins cher ?
- Oui je sais, MAIS VOUS N’EN AVEZ PLUS DE CETTE TAILLE, N’EST-CE PAS ? (assez fort pour que l’employée d’hier entende)
- (l’autre employée) Ah oui, c’est vous qui êtes venue hier, même que les gens derrière vous s’étaient tous moqués de moi quand je vous avais dit que la boîte coûtait 75€
- Oui oui
- (elle à sa jeune collègue) Oui mais elle peut contenir 7 kilos ! »
Ca ne doit pas être la Poste, juste une mauvaise parodie : les employés doivent avoir tellement d’humour qu’ils se caricaturent eux-mêmes à l’extrême, c’est ça ? Oui, ça doit être ça.
Et je laisse le mot de la fin à Dany Boon :
« Bougez avec la Poste : ceux qui ont écrit cette pub ne sont jamais allés à la Poste ! S’il y a bien un endroit sur terre où ça ne bouge pas, c’est à la Poste ! »

20 commentaires:

CarrieB a dit…

Ah ah : j'avais promis d'écire plus, mais je n'avais pas précisé si c'était en fréquence ou en longueur!
Pour le coup mon texte est presque aussi long qu'une file d'attente de la Poste ;-)

Mémère Cendrillon a dit…

Un pur délice ! Merci CarrieB ! J'ai même cru que tu me décrivais la semaine dernière !

papet croûton a dit…

Mi-figue, mi-raisin :
S'il est vrai qu'il y a, comme partout, des incompétents, je ne tirerai pas sur La Poste en bloc.
1) Il ne faudrait pas oublier que l'employé derrière son guichet, il a un chef, qui lui-même a un chef, qui sont bien à l'abri dans leur bureau et qui ne subissent aucune attaque, alors que ce sont eux les vrais responsables.
2) C'est vrai, moi comme les autres, nous avons toujours du mal à attendre à un guichet, même assis. Pourtant, combien de gens acceptent sans sourciller 1 heure d'attente chez un médecin (ou autres) ? Ne serait-ce pas un complexe d'infériorité qui nous empêche de râler, alors que nous n'avons que mépris pour "Les Fonctionnaires" ?

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Quelle idée aussi d'envoyer des colis vers Tahiti. Moi je te promets de ne plus t'en envoyer, je ne veux pas que tu subisses à nouveau tout ça. Par contre, je peux te bricoler une carte professionnelle si tu veux...
Et le coup du coussin sous la robe pour faire genre femme enceinte au bord d'accoucher, ça peut pas faire coupe-file ?
Enfin... ne critique pas trop parce qu'il pourrait bien le fermer ton petit bureau de poste, c'est pittoresque, ça sent bon la France, les files d'attente, les gens qui râlent, les guichetiers qui roupillent...

CarrieB a dit…

@Mémère cendrillon : Merci ! Je crois que ce genre de situation est déjà arrivé à tout le monde, et c’est pour ça que c’est drôle et ironique

@papet : Là en l’occurrence je parle en particulier de mon bureau de Poste, dans lequel le chef en question est justement le monsieur de la cinquantaine qui m’avait servi la première fois, pas plus compétent que ses employés donc, et dont je parle au même titre.
Et je n’ai aucun complexe d’infériorité à râler contre une attente, que ce soit chez le médecin ou ailleurs ! Je ne mets bien sûr pas tous les fonctionnaires dans le même panier : j’en connais de différentes affectations et il y en a qui travaillent bien trop par rapport à d’autres !

@lolo : C’était de l’humour : bien sûr que je continuerai à aller à la Poste malgré ça ! Je n’irai jamais jusqu’à simuler être enceinte, d’abord parce que j’ai des principes, et ensuite parce que j’ai déjà été enceinte 2 fois et que ça n’est pas pour ça qu’on me laissait passer devant ni à la Poste ni à la caisse du supermarché ! Quant à mon « petit bureau de Poste », c’est vrai qu’il est petit, d’autant qu’il dessert plus de 10 000 clients, alors ce n’est pas demain la veille qu’ils vont le fermer et, entre nous, je pense qu’il en est de même dans les grands bureaux de Poste !

Minipoucine a dit…

Ahahah!Je suis écroulée tellement c'est réaliste et pathétique!T'es sûre que t'habites pas à Bruxelles toi? Non parce que j'ai la même poste que toi apparemment!;o)

MissTortue a dit…

eh ouais...

Et dire que c'est l'image des fonctionnaires en général qui ressemble à ça...

Et que je suis jetée dans le même sac que tous ces gens-là par une majorité de personnes, ça me désole !!

:-(

MissTortue (bis repetita) a dit…

et que je "sois" (honte à moi)

Muse a dit…

euh! à Marseille recommandé ou colis restent à la poste, nous n'avons que l'avis de passage! génial comme ça c'est moins lourd pour le facteur et plus de papier à faire signer...

india a dit…

quand ils passent le concours e la poste apparemment, c'est dans tous les departements les mêmes defauts recherchés!!! nous c'est pareil, auusi long, aussi incompréhensible, et meme que moi j'ai demandé la carte pro pour mon association, mais il faut la payer, et en fait ils te l'enlevent si tu fais pas plein de trucs avec (moi je la voulais juste pour passer devant tout le monde) bref, des inutiles !!!tout pareil que chez toi. et nous, on a meme la pause sandwich inclue dans la matinée: le guichet 1 est fermé de 9h à 9h30, le guichet 2 de 9h30 à 10h et ca continue comme ça, à mourrrrir de rire
bon, allez courage!!!

gael a dit…

oui oui, je te rassure, j'ai testé differents bureaux de poste dans differentes villes : c'est partout pareil ....

ce qui est bien aussi c'est qd tu divorces, si qq'1 a la mauvaise idée de t'ecrire à ton ancien nom et que la poste n'a enregistré que le nouveau ou vice-versa .....

le coup du bouquin c'est pas mal pour amortir le temps passé ... tu peux aussi regarder les collections de timbres et essayer de les retenir tous, ça entretient la mémoire .... :(

alexia a dit…

quelle coincidence que tu écrives ce post alors que j'ai regardé ce sketche de Danny Boon a nouveau il y a quelques jours. C'était donc bien tout frais dans ma tête ce "bougez avec la poste..."j'espère au moins que tu n'as pas fini par te mouiller le pantalon dans la file d'attente!;)

Avec les tarifs des compagnies aériennes de nos jours tu pourrais presque amener ton colis toi même pour le prix de leur boî-boîte!;)

CarrieB a dit…

@Minipoucine : C’est ça : réaliste et pathétique ! Non je n’habite pas à Bruxelles mais a priori à la Poste ils doivent avoir une charte d’entente européenne !

@MissTortue2fois : Non, non, comme je le disais, loin de moi l’idée de mettre tous les fonctionnaires dans le même panier. J’ai bien trop de respect pour la fonction d’enseignant dont j’ai eu plusieurs fois l’occasion de tester la difficulté.

@Muse : Ah oui mais là tu es vraiment dans le Sud, alors il ne faut pas trop en demander non plus !

@india : Alors même à l’autre bout du monde c’est comme ça ? Super la précision sur la carte pro et la pause sandwich.

@gael : Ben voilà. Et sur le divorce, il y en aurait des choses à dire vis-à-vis de l’administration en général ! Les collections de timbres, c’est vraiment pas mon truc, alors j’aime autant observer les gens ou lire.

@alex : Non, je n’ai pas été jusqu’à mouiller mon pantalon, mais j’imagine aussi si je devais y aller avec les enfants, ce serait folklo ! C’est clair que pour certaines destinations, mieux vaut porter son colis soi-même, mais là pour Tahiti ça n’était malheureusement pas dans mes moyens ;-)

natpointg a dit…

Je crois qu'on garde tous au fond de nous une légère amertume contre les préposés de la Poste... Parfois je me demande si bosser à la Poste n'est pas une alternative à une condamnation carcérale... J'ai rarement croisé un employé heureux d'être là où il était...

bye nath

elgreco a dit…

juste un petit bonsoir
après plus d'un an!

@ +++ j'espère

http://rachedelgreco.blogspirit.com/

madamedekeravel a dit…

Carrie oh Carrie ! tu devrais pas m'laisser la nuit ...
Bon, je sais, ça n'a rien à voir. Vous venez d'assister en direct à un pètage de câble ;-)

CarrieB a dit…

@natpointg : Une alternative à une condamnation carcérale, ça pourrait être une bonne idée! Je suis sûre que les détenus le feraient avec plus de plaisir ;-)

@el greco : Un petit bonsoir aussi, tu vois je suis polie!

@Mme2 : Ben je te laisse pas la nuit, ni le jour d'ailleurs! Pourquoi es-tu dans un état pareil? Tu trembles tant à l'idée de rencontrer nos amis blogueurs communs la semaine prochaine? Faut pas t'inquièter, ils sont gentils pour de vrai, d'ailleurs ce soir je publie un post pour en témoigner ;-)

madamedekeravel a dit…

Eh dis donc ! mais tu m'espionnes ou quoi ??? ;-)
(je tremble pas, je suis impatiente !)

pepina a dit…

moi j'angoisse à chaque fois que je dosi me rendre à la poste. ET le cauchemar : rater le colis que j'attends...
ça m'est arrivé ily a 2 mois, personne pour avoir pitié de mon bidon, et des gens au guichet comment dire... jeme demande comment ils les recrutent.
Mais j'ai une chance infinie, mon livreur de colis habituel passe toujours à la même heure, et la femme au foyer que je suis se débrouille pour pas le rater, et l'autre jour son remplaçant, FORMIDABLE, passe plusieurs jours, au cas où... pour pas laisser tout de suite l'avis de passage.
Sympa non?
j'ai failli lui offrir un café. mais j'étais comme à l'ordinaire ne pij...

elsa a dit…

Je ne comprends pas pourquoi tu n'as pas voulu acheter cette boîte. Elle pouvait contenir 7kg! ;-))

A La Poste, j'ai déjà entendu un postier me diren que non, ils n'avaient pas de timbres... des étiquettes seulement.