02 mars 2006

Le Q entre deux chaises

Ah ben c’est pas dans mes habitudes d’utiliser un tel vocabulaire (surtout à l’écrit), mais je crois que ça résume assez bien la situation des trentenaires.
Plus tout à fait des jeunes, pas encore vraiment vieux.
C’est généralement l’âge où l’on a du mal à nous donner un âge à vue de nez.
Nous sommes sensés avoir acquis une certaine ébauche de sagesse tout en nous accrochant à nos illusions de jeunesse.
Mais un jour où l’autre la réalité on se la prend violemment en pleine face, au moment où l’on s’y attend le moins.
Ce n’est pas la maternité qui m’a fait m’en rendre compte, non. Mère d’un premier bébé ça sonne plutôt jeune d’ailleurs.
J’ai commencé à souffrir lorsque j’ai accompagné ma fille à l’école, non de la séparation, mais de mon changement de statut vis à vis de la société.
J’étais devenue une « maman », au milieu du troupeau de celles qui attendent fébrilement leur progéniture à 16h30 et qui jouent des coudes pour être les premières à l’extirper de la salle de classe.
Etrangement encore maintenant je ne me sens aucun point commun avec elles, ou peut-être reste-je à l’écart pour ne pas être endoctrinée ou pire que l’on me considère comme l’une des leurs.
Je les trouve beaucoup plus vieilles, souvent plan-plan ballerines plates petit pantacourt sage et chemisier boutonné jusqu’en haut, avec parfois même le serre-tête ou la bague à foulard assortis.
Elles se connaissent toutes et arrivent d’ailleurs en avance pour parler de leur petit dernier ensemble. Moi j'attends dans la voiture ou plus fréquemment arrive la dernière.
Elles ont grandi dans la même école que celle de leur rejeton, et avec un peu de chance ils se sont même transmis la même maîtresse.
Rien d’étonnant à ce que même à leur âge elles cherchent les faveurs et la reconnaissance de la maîtresse pour…j’en sais rien à vrai dire, sans doute un vieux réflexe.
Et puis il y a aussi la stagiaire de la société qui m’a appelée madame et qui m’a vouvoyée.
Il y avait bien déjà les caissières de supermarché mais j’avais renoncé à les corriger « non, c’est mademoiselle » parce qu’elles ont un métier difficile et que dans un regard furtif elles peuvent se tromper.
C’est le triste anniversaire cette année des 10 ans de sortie d’étude, des 11 ans de permis.
C’est une vraie famille d’adulte avec maison de location et 2 enfants dedans.
C’est ces gamines qui me regardent de travers quand je vais me déhancher dans la salle techno.
Tiens, rien que le fait que je les appelle gamines est significatif.
C’est la crème de nuit qu’on prend « anti-rides », juste en prévention, au cas où.
C’est les teintures qu’on ne fait plus uniquement pour se taper un délire je-change-de-couleur-selon-mon-humeur mais bel et bien parce qu’il faut couvrir des cheveux blancs bien réels.
C’est aussi ma fille qui me croit sur parole quand je lui dis que j’ai 72 ans (elle n’a que 4 ans et demi, je sais)
C’est ma petite sœur qui n’a plus 8 ans mais bientôt 27.
C’est mon ventre qui n’arrive à être plat qu’en position allongée
J’en passe et des meilleures, enfin plutôt des pires !
Je crois que c’est dans l’ordre des choses…je m’inquièterai vraiment quand ma fille voudra que je la dépose au coin de la rue plutôt que devant l’école…
Dans le prochain épisode : tous les avantages de la trentaine, ben oui faut pas croire qu’il n’y a que des inconvénients quand même !

4 commentaires:

Stéf a dit…

Ah ben voilà, moi qui me voyais encore jeune, belle et sensuelle, tu me casses le moral !! Hihihi...

Ca y est, Tom rentre à l'école en septembre et tu veux dire que tout ceci ne sera plus qu'un doux rêve ?!!... Hihihi...

Luciano a dit…

Merci CarrieB, je viens d'avoir ton message sur mon blog, et ça m'a un peu ressourcé. Dès que je retrouve une connection internet digne de ce nom (je suis en Espagne et viens de déménager) je promets de me remettre à la tâche. J'ai d'ailleurs beaucoup d'anecdotes dans mon nouveau pays à raconter.....
Luciano

alexia a dit…

d'ici à ce que mon chien rentre à l'école, y'a encore de la marge mais on ne sait jamais...je sens quotidiennement le regard jaloux de propriétaires qui visiblement regrettent d'avoir opté pour la race de chien qu'ils trainent, peu fiers, au bout de leur laisse.Bon, je sais ca n'a rien à voir avec ton article mais j'ai encore la vingtaine alors je peux me permettre de fumer n'importe quoi non?

Babamam a dit…

Moi aussi, j'ai vraiment du mal à m'identifier aux mamans du quartier. En fait, je n'ai aucune envie de m'identifier... d'où le problème... :-)