03 octobre 2008

Les dents de l'amer

Ô rage de dent ! Orage de dent !
Déjà une semaine que je souffre de la plus insidieuse des douleurs.
Cette dent m’obsède, aliène mes pensées, blanchit mes nuits, et déjà trois praticiens se sont cassés les dents sur son cas.
Aurais-je trop mordu la vie à pleines dents ?
Si c’est le cas, je me contenterai à l’avenir de l’apprécier du bout des dents.
Aucune explication valable non plus du côté d’éventuelles dents longues qui rayeraient le parquet, mes ambitions étant aussi mesurées que les dalles de carrelage qui pavent ma demeure.
Quoi qu’il en soit, il m’est impossible en ce moment de ne pas penser, dire, écrire ou vivre sans évoquer cette dent, et cet article n’y échappera pas.
J’ai pourtant connu quelques souffrances physiques plus ou moins dérangeantes, et même certaines du même acabit, mais de courte durée, de celles qui se soulagent après l’acte bienveillant d’un homme de bonne volonté, de juste spécialité, aux honoraires dépassés.
De toutes, celle qui me ronge à cet instant m’est la plus insupportable : elle a la dent dure et ne compte pas me quitter de sitôt ; elle s’insinue seconde après seconde dans les méandres de ma boîte crânienne toute entière et se fait les dents sur mon seuil de tolérance.
A défaut de pouvoir dormir, et sous l’effet hallucinatoire de la combinaison stratégique des médicaments, je me surprends à rêver éveillée d’un dentiste aux canines luisantes, armé jusqu’aux dents, et d’une extraction miraculeuse à coups de pied de biche ou de marteau-piqueur.
J’en arrive à me demander le plus sérieusement du monde si mon tourment cessera quand j’arriverai à pondre des œufs ou quand les poules auront des dents.
N’est-ce pas dans la souffrance que l’on devient le plus philosophe, ou perd-on seulement la raison ?
Me mentent-ils comme des arracheurs de dents qu’ils sont, en affirmant que ma dent est intouchable tant que l’infection qui ronge son bout de racine oublié n’est pas guérie ?
Ces brahmanes en blouse blanche risquent-ils la mise à mort ou les humiliations s’ils osent toucher l’ombre de ma molaire ?
Je me représente un volcan miniaturisé scellé dans ma gencive et dont les laves ardentes lèchent la myéline du nerf qui, le mors aux dents, s’empresse de transmettre l’information à mes neurones fatigués.
Dois-je en rire ou en pleurer ? Je n’aurai jamais de dent de sagesse ("dent de l’esprit", en Roumanie) : la faute à l’évolution selon Darwin ? à l’indulgence selon Dieu ? ou au manque de docilité selon moi ?
Dois-je en rire ou en pleurer ? L’expression « chaque fois qu’il me tombe une dent », censée signifier « presque jamais », ne s’applique pas du tout à ma situation : il y a à peu près autant de chances qu’une de mes dents me quitte sans prévenir qu’elle daigne rester en place sans faire parler d’elle.
Entre mes dents, je dirais que j’ai toujours eu de mauvaises dents, ou qu’elles ont toujours eu une dent contre moi, chacune à tour de rôle, et que ni le brossage intensif dans le sens du poil, ni les incantations à Sainte Apolline n’y ont jamais remédié.
Si les dents de lait se nomment ainsi en référence à la boisson la plus consommée de la naissance à leur début de chute, comment doit-on appeler les dents qui suivent ?
Si la dent de lion et la dent de chien sont aussi des plantes, pourquoi la dent du chat est-elle une montagne ?
Pourquoi devient-on dentiste ? Existe-t-il une vocation prémolairienne, un désir de spéléologie refoulé à moindre danger ou un plaisir sadique d’assouvissement du fantasme de la roulette ?
Pourquoi le praticien pose-t-il toujours des questions ouvertes alors que notre bouche l’est toute autant et que seules les voyelles parviennent à s’en échapper ?
Pourquoi rencontre-t-on systématiquement la personne qu’il ne faut pas en sortant du cabinet, après une anesthésie de la moitié de la mâchoire, la bouche tordue et un filet de bave au bord des lèvres ?
J’aimerais avoir les dents du fond qui baignent, j’ai les crocs mais rien à me mettre sous la dent, ou plutôt pas la possibilité technique de mettre quoi que ce soit sous ma dent martyr.
Les liquides sont mes seuls alliés cette semaine, et je goûte avec appréhension un aperçu de ce que pourra être mon alimentation d’ci au 4ème âge : purée, yaourts et soupes.
La boucle sera bouclée : on finit en mangeant les mêmes choses qu’au tout début de sa vie.
Je n’ai même pas droit à l’alcool pour noyer ma peine et anesthésier mon mal.
Je ne peux ni montrer les dents pour surmonter la rage, ni les serrer pour conserver le contrôle, ni même grincer des dents en signe de désaccord.
Je n’arrive pas à les claquer pour signaler ma peur et mon impuissance, ni à garder le couteau entre les dents en perspective d’une éventuelle vengeance.
Et contre qui ou quoi retourner la loi du Talion, « œil pour œil, dent pour dent »?
Une simple conjonctivite règlerait-elle le problème ?
Mon humeur est en dents de scie, en fonction de l’efficacité des antidouleurs, tantôt aussi nulle que mon inspiration littéraire du moment, tantôt me plongeant dans un état de grâce très éphémère, gâché par l’impression justifiée que cela ne va pas durer.
En ces rares et précieuses trêves je perds mon temps à traquer le retour des symptômes ; il y en a qui sont devenus fous pour moins que ça.
A bien y creuser, il y a un R de trop à mon pseudonyme Carrie, comme un nerf de trop à la base de ma carie…
« "Je pense donc je suis" est un propos d’intellectuel qui sous-estime les maux de dents » Kundera
NB : Interactions médicamenteuses responsables de cet article : antibiotiques, cortisone, antidouleurs et un roman de Beigbeder, mais lequel ?

30 commentaires:

Pema a dit…

ha oui, quand même... à ce stade c'est de l'obsession...
j'ai beau cherché, je crois que tu l'as mis à toutes les sauces...et tu as ravivé mes souvenirs post arrachage de dents de sagesse... aïe!
Te souhaite d'en arriver à bout très vite... et ta jambe, ça va?

Pema a dit…

cherchER, bien sur!

feekabossee a dit…

Hoooo nooon rien qu'à te lire, ça revient !
La vache, tu décris bien le truc hein ; ça me rappelle vraiment le mois dernier et les coups de tête dans les murs !
Bon courage ma grande,c'est tout ce que je trouve à dire en sortant d'un énième rdv chez le dentologue !
Et des bisous sur la joue où ça fait pas mal ;-)

Kundun a dit…

Je confirme, éviter l'interraction alcool-anti-douleurs qui parfois modifie étrangement les comportements, et transforme la brebis en louve ;)
Et, pour le roman de Beigbeider, je dirais "La dent de ma soeur dans la culotte d'un zouave", non ?
Bon ben si on peut pas t'embrasser sur les joues, mais où va t-on bien pouvoir te bisouter (on le voit pas mais j'ai une auréole derrière la tête là).

gael a dit…

LE jour où je reviens sur ton blog, tu nous parles de dentalgie alors que je sors moi-même de chez le praticien dont tu discoures !!!!

Il m'a soigné 1 carie "en haut" alors que j'avais mal "en bas" ! va comprendre (Charles) ....

en tout cas, je compatis .... à 200% :( as tu essayé le clou de girofle ? je sais, cela parait demodé et a 1 goût assez beurk mais il distille un principe actif anesthesiant .... je crois que lorsque l'on souffre, on est prêt à tout essayer ! bon courage ma belle (j'ai 3 rv à venir les 3 mercredis qui suivent ! beurk :()

caresses alors puisque les bisous peuvent te fair emal momentanément ! :)

gaël

Les élucubrations du vieux rouge a dit…

En vieux randonneur, je pourrais te parler de la Dent de Die ou de la Dent de Crolles ou alors te donner l'adresse de mon pote Bruno, dentiste à St Vallier.

richard a dit…

Et donc les calins ça donnent quoi ?

Figueres a dit…

Les grands esprits se rencontrent... et hélas, cette semaine moi aussi j'ai souffert des dents. D'une dent plus exactement qui a été attaquée par une belle carie... Mais heureusement les soins apportés par ma fille dentiste ont coupé court à toute douleur. Reviens vite à ta terre natale pour te faire soigner éfficacement... Bon courage à toi en attendant.

(Renvoyé car faute d'orthographe due aux dents...)

CarrieB a dit…

@Pema2foisparcequetulevauxbien : Mes dents et moi, c’est une longue histoire, alors elles méritaient bien que je m’y attarde de toutes façons. Les antibios commencent enfin à faire effet, doucement mais sûrement, et pour la jambe ça suit son cours, j’ai hâte de reprendre l’entraînement et j’ai même commandé mon kimono !

@ma fée : Oui, c’est vrai que tu étais passée par là toi aussi, donc tu peux bien comprendre ! Même la tête contre les murs ça n’y fait rien, alors je veux bien prendre tes bisous en attendant que ça passe.

@Kundun : Au moins tu as le mérite d’avoir lu jusqu’au bout, trouvé la devinette et tenté une réponse, bravo !, je te dois un cadeau de plus ; pour les bisous, ni sur la joue, ni sur la cuisse, ça laisse encore de la surface !

@Gaël : Ben tu parles d’une coïncidence, si ça se trouve j’ai un 6ème sens ;-)
J’ai une anecdote particulière avec les clous de girofle : lors de ma dernière grosse grosse rage de dent, quand j’étais ado : ma maman, désespérée, m’en avait mis plein la bouche, après une overdose d’Efferal*gan.
Après un gros épisode d’hallucinations, j’ai vomi une bonne partie de la nuit et ne supporte plus l’odeur du clou de girofle depuis ! Quant aux rendez-vous, je dois les avoir pris pour les 3 décennies à venir…

@(…)vieux rouge : Quand j’habitais par là-haut je n’allais pas voir le pote Bruno, mais le pote Laurent, et depuis une semaine j’ai plein de nouveaux potes dentistes par ici ;-)

@figueres : Je crois que je vais inciter ma fille à se diriger vers le métier de dentiste, et mon fils à exceller dans la pâtisserie, comme ça l'une pourra effacer les dommages de l'autre ;-)

madamedekeravel a dit…

Et ben ! tu fais pas dans la dent-elle !
Ca a l'air dent-esque cette douleur... et pas moyen d'inventer dent-tourloupe pour éviter le rendez-vous chez le dentiste !
;-)

richard a dit…

Plein de bougies :))

CarrieB a dit…

@Madame2 : On peut dire que tu as bien cerné la situation ; de retour en pleine forme je vois!

@Richard : C'est bien ça qui me désespère : chaque année il y en a une de plus! Merci pour tout.

papet croûton a dit…

Serais-tu allée chercher la croissance avec tes dents ?

MissTortue a dit…

Aïe, ça me rappelle mes vacances avec la Fée au mois d'août ça !

Si tu veux (demande-lui) je fais très bien l'horloge parlante : "c'est bon, le temps est écoulé, maintenant tu peux avaler un cachet"

;-)

Muse a dit…

bof! je n'ai qu'une arthrose de la mâchoire, alors!

Madame Poppins a dit…

Pour avoir accouché sans péridurale et pour avoir souffert de rage de dent, le premier est moins terrible que le second ! Courage !

CarrieB a dit…

@papet : Je crois que c’est la croissance qui est venue me chercher, maintenant j’ai autant d’années que je devrais avoir de dents !

@MissTortue : Des souvenirs bien douloureux, pour ceux qui les subissent et l’entourage bien impuissant ! Et pour l’horloge parlante, ça aurait été bien pratique en effet, mais comme ça je pouvais tricher d’une heure quand je n’en pouvais plus !

@Muse : Arthrose de la mâchoire ?! Ca c’est encore moins drôle effectivement.

@Madame Poppins : Moi aussi j’ai connu les 2 et je suis bien d’accord avec toi, d’autant plus qu’un accouchement traîne rarement plus d’une semaine ;-)

lepotdefleur a dit…

C'est quand même mal fait ces dents, à la moindre petite contrariété ou corps étranger, elles nous font souffrir le martyr.
J'ai moi aussi quelques soucis avec mes dents... Dernièrement, deux petits morceaux se sont fait la malle... Le premier a été comblé par un dentiste a la main lourde, le deuxième trou attend toujours... Je sais, plus on attend, plus on risque d'empirer les choses (c'est comme pour les voitures... mais c'est un autre sujet douloureux en ce moment...), mais tant que je n'ai pas mal...
Et l'anesthésie qui te paralyse la moitié du visage... un bonheur ! j'ai à chaque fois l'impression d'avoir le visage complètement déformé et je me cache dans mon foulard...

bon courage avec ta dent rebelle !

Minipoucine a dit…

Houlà, je compatis ma pauvre...Le mal de dents est le pire qui soit selon moi et je sais de quoi je parle! Courage...

CarrieB a dit…

@lepotdefleur : Merci pour tes encouragements, mais quand les dents commencent à nous quitter par morceaux ça n'est pas très bon signe! Moi je dis vivement le dentier, qu'on n'en parle plus!

@minipoucine : Merci de compatir, et visiblement tout le monde voit bien de quoi je parle malheureusement!

kundun a dit…

Merci du compliment, pour une fois que je fais un effort...et j'ai bien pris note du deuxième cadeau si gracieusement offert. Je ne manquerai pas de savourer les deux comme il se doit. Vivement la prochaine ;)

Chris d'Ego a dit…

Ouais, y'a de la haine, ma pauvre, je compatis à fond. Tu arrives tout de même à décrire ton triste état avec humour!

papet croûton a dit…

Ça va mieux ?

camille a dit…

l'humour - voire l'auto-dérision ! - est un remède souverain contre les maux ...

CarrieB a dit…

@Kundun : Je vois que rien ne t’échappe, et que personne ne doit rien comprendre à nos échanges décidément ;-) (et c’est pas plus mal comme ça)

@Chris d’Ego : Ben écoute, j’ai eu le temps d’y réfléchir tout le long de mes nuits blanches de douleur, et comme on dit il vaut mieux en rire qu’en pleurer (mais quand ça va mieux c’est plus facile)

@papet : Oui oui, je vais mieux, merci, même si je sors de chez le dentiste et que nous allons nous revoir très souvent dans les mois qui viennent !

@camille : On dit ça quand on n’a pas mal, mais c’est vrai que l’humour vient heureusement au bout de pas mal de choses !

madame de K a dit…

J'allais poser la même question que Papet Croûton. Contente de voir que tu as trouvé l'homme de ta vie. L'homme en blanc je veux dire ;-)

Chris...de Burgh a dit…

Je ne peux que compatir à ta douleur pour l'avoir un jour subie. Une expérience que jej ne souhaite décidément à personne et surtout pas à toi !

Prends bien soin de toi...

Frédéric a dit…

Pas de commentaire à faire sur tes dents... par contre, j'ai peut être une idée sur le deuxième cadeau...
Je vais attendre le troisième pour voir si j'ai raison :-)

CarrieB a dit…

@Madame2 : Il n’a rien de bien sexy, mais je ne vais pas faire la difficile, je lui demande juste d’être efficace ;-)

@Chris : Merci, ça fait partie des petites choses désagréables de la vie mais maintenant ça va mieux !

@Frédéric : Qui dit qu’il y a en aura un 3ème ? Et pour ton idée…mince je passe sous un tunnel…biiiiip !

IamSeppuku a dit…

Carrie! je rentre d 'un paisible voyage de cette France que j'avais oublié d'aimer et d'apprecier! Me revoila loin, entouré de neige et de froid! si, les dimanches sous la couette devant un bon feu, un bon film ou mieux, un bon livre sont de tradition; je declare les mardis soir, soirée du blog a Carrie. Soirée du sourire facile, a lire leger mais, néanmoins consistant la demoiselle que j'apprecie. Alors a mardi prochain ;oP