03 juillet 2008

Pour le meilleur et...?

Ah, les jolis mois de juin/juillet, mois de la Saint-Jean (mais aussi de la Saint-Médard et Barnabé, si si), de la fête de la musique (et pas toujours des oreilles) et de celle de notre pauvre France, des fraises non transgéniques (celles qui auront survécu à l’invasion des escargots et fourmis) et autres fruits radioactifs, mois de l’été (en théorie du moins), mais aussi et surtout mois des mariages !
Eh oui, en 2008 il y a encore des couples qui se marient, ça me surprendra toujours, même si on s’accorde désormais plus de temps pour y réfléchir, en moyenne à l’aube de la trentaine pour les femmes et juste après avoir passé le cap pour les hommes.
Bien que l’amalgame amour/mariage ne me paraisse plus de nos jours d’une grande évidence, environ 267 000 couples ont encore sauté le pas en 2007.
C’est assez étonnant, pour moi qui suis connue entre autres pour mon côté vieille France, fleur bleue, romantique-nunuche et tout-ce-qui-s’en-suit, mais le Mariage avec un grand M ne m’a jamais fait rêver (pas plus que les miss France d’ailleurs).
Et je me dis que ça n’est sans doute pas plus mal, parce que pour celles qui ont le fantasme de la longue robe blanche à froufrous depuis leur plus jeune âge, le rêve peut vite virer au cauchemar.
On a toutes en tête les mariages princiers et ceux idylliques des soaps télévisés, mais que se cache-t-il donc réellement derrière le sourire crispé des mariés-lambda le jour J ?

Tout commence avec la fameuse demande en mariage : Dans bon nombre de cas, il s’agit uniquement d’un constat « ça fait 10 ans qu’on est ensemble, on pourrait se marier, tu ne crois pas ? », « on a 3 enfants, le 4ème en route, ce serait peut-être mieux que tu portes leur nom », d’un passage obligé religieux « pas d’enfants avant le mariage », d’un choix stratégique « j’ai fait la simulation, si on était mariés on paierait 2 fois moins d’impôts » ou d’une nécessité « la banque ne nous accordera pas le crédit pour la maison si on n’est pas mariés ».
Soyons lucides : une demande formulée hors de la période passionnelle des débuts, après plusieurs années de vie commune, est rarement le fait d’un élan soudain d’amour, et parfois même uniquement la conséquence de l’insistance d’un des deux concubins.
Alors adieu la demande genou au sol dans un endroit extraordinaire, la larme à l’œil et la voix tremblante, adieu le « oui » fatidique dans un souffle avant l’évanouissement et les violons qui entament leur balade romantique tandis qu’en filigrane apparaît le « the end » précédant le générique, qui laisse entendre « ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».
La demande, en réalité, n’a souvent rien de pompeux, et s’enchaîne très vite sur le choix de la date et du lieu, qui peut s’avérer première source de discorde, et qui forcément n’arrange jamais personne, à moins de s’y prendre au moins 2 ans à l’avance.
Mariage religieux ou non ? La plupart du temps quand on choisit l’église, ça n’est pas par conviction profonde, mais juste parce que « ça se fait dans la famille » ou pour pouvoir faire durer plus longtemps le suspense et se rapprocher du sacro-saint mariage en grande pompe.
Il s’agit aussi de décider qui on invite, et pour quel moment : l’apéritif ? le repas ? le dessert ? (si si ça se fait), et là les vieilles rancunes familiales commencent à resurgir « tatie Jeanine n’a pas donné signe de vie depuis le divorce de tes parents, tu crois vraiment que c’est indispensable de la convier? »
S’ensuivent en quelques mois marathoniens, méli-mélo, le choix et l’envoi des faire-part, la paperasse à réunir, le choix du traiteur et des menus, du vin, des dragées, la préparation religieuse avec le prêtre et ses interrogations d’un autre temps, les textes, les chants, les fleurs, les alliances, la liste de mariage, le photographe, l’animation, le costume, la robe et les accessoires, les chaussures, bijoux, le thème de la soirée, la décoration, les tulles pour décorer les voitures…et j’en passe.
Autant de raisons pour se lever en pensant au mariage, manger en pensant au mariage, ne parler que de mariage et se coucher en rêvant au mariage, autant dire une forte probabilité d’overdose de pression, et de disputes à répétition dans le couple ( difficile d’être toujours d’accord en étant si impliqué affectivement dans cet évènement), voire même au sein des familles.
Et tout ça a un coût bien sûr, pas moins de 11 800 € en moyenne en France, et qui va payer ?
L’argent et la répartition des dépenses sont un sujet sensible, qui vire vite en une guerre de négociations et d’arguments si les futurs mariés ne règlent pas seuls la note, et à condition qu’ils n’aient pas à contracter de crédit pour le faire.
Parmi les moments douloureux, la désignation des témoins est également à noter, avec son lot de déceptions, de colères voire de pleurs parmi la fratrie ou les amis.
Il s’agit là d’un choix émotionnel certes, mais stratégique aussi, sachant que les témoins vont s’occuper des enterrements de vie de garçon et fille respectifs et peut-être aussi du déroulement de la soirée de mariage, alors autant choisir des gens qui ne nous ferons pas sauter à l’élastique si on déteste les émotions fortes ni imposeront un discours d’un goût douteux le grand jour, en récitant la liste de toutes les ex du marié ou en abordant les tendances alcooliques de la mère de la mariée.
Ajoutons à cela l’établissement du plan de table et l’énervement est à son comble « qui va supporter de manger en face de mémé Yvonne ou d’écouter les blagues salaces du cousin Gaspard ? », « comment éloigner tonton André de tonton Alain, qui ne se parlent plus depuis cette histoire de vol de petite amie à la fac ? »…
Le jour J, épuisés mais…épuisés, les mariés se mettent enfin sur leur 31 tout en se demandant si tout est bien prêt, s’ils n’ont rien oublié, obsédés par la météo et la personne qui s’occupe des alliances « si elle les a oubliées, je la tue de mes mains » : le niveau de stress est si élevé qu’il est palpable, et qu’on sent que si un petit détail flanche, c’est la cocotte d’angoisses accumulées qui va exploser et faire s’écrouler l’édifice éphémère du mariage parfait.
Après au moins 4 bonnes heures de torture (triple couche de maquillage waterproof, chignon-lifting avec tentative d’ancrage des épingles directement dans le crâne généreusement arrosé d’une bombe entière de laque, et enfilage de la tenue à 3 personnes avec serrage de corset compressif, au minimum), la mariée est généralement belle (puisqu’elle a souffert pour l’être, tout de même) et souriante (dès qu’elle croise quelqu’un, tout au moins).
Le marié l’est aussi, même s’il a moins de mérite, si ce n’est celui de porter costume, gilet et cravate jusqu’au bout, quelle que soit la température.
Et la journée tant planifiée, tant espérée, peut enfin commencer.
L’impression de tourbillon peut assez bien résumer son déroulement, les étapes se suivent à la chaîne, les sourires, les embrassades, les photos, la mairie, les embrassades, l’église (en option), les embrassades, les photos, le vin d’honneur, les embrassades, les photos, le repas, les photos…STOP !
Voilà comment nous arrivons à notre fameux sourire crispé des mariés lambda le jour-J.
Du temps, de l’argent, des soucis, tout ça pour ça : une seule et unique journée festive ; il vaut mieux bien en avoir conscience avant de lancer l’idée au détour d’une soirée plus arrosée que les autres !
La bonne nouvelle, c’est que si les mariés sortent indemnes de tout ça, ils ont une chance de vivre heureux et tout ce qui s’en suit…ce serait quand même dommage que ça se termine quelques années plus tard par un divorce, enfin, je dis ça, je dis rien, mais 1 mariage sur 3 à peu près…ça veut dire que 2 s’aiment toujours !
Mes parents viennent juste de fêter leurs 38 années de mariage, et je connais bien d’autres couples qui font rimer amour (et mariage) avec toujours, alors qui dit (à part moi pour le moment) que je ne (re)sauterai pas le pas d’ici quelques années?
Ben oui parce qu’entre les impôts, les enfants et le projet maison, je vais bien finir par devoir céder !

20 commentaires:

Iyhel a dit…

Ma chérie et moi avons décidé de nous marier dans trente-sept ans. (enfin quand on a décidé ça, ça faisait cinquante ans, et puis après pour être sûrs qu'une cirrhose ne m'aurait pas emporté, on a réduit à quarante, et puis après du temps a passé un peu)

Comme ça on a le temps d'être sûrs.

Et puis surtout, y'aura moins de souci à gérer les parents, à l'approche de la centaine ils seront moins encombrants.

Les élucubrations du vieux rouge a dit…

Après avoir lu ton texte, je vais peut être dissuader mes filles de passer par la case Mairie.

Continues à écrire, j'aime bien ce que tu dis.

Le Vieux Rouge

Madame de K a dit…

C'est pas vrai ! ! ! ! ... CarrieB est revenue ! Elle écrit à chaque fois qu'il lui tombe un oeil celle là ! ;-)
Bon, concernant le mariage, j'suis contre ! Enfin surtout le premier (de mariage). Parce que le 2e est beaucoup plus cool (dans mon cas du moins ;-) plus heureux et plus économique ;-D
En fait il faudrait passer direct au 2e mariage, mais je crois que ça poserait un problème parce que du coup il deviendrait le premier ... et là je crois que je vais aller me coucher pour réfléchier à cet étonnant paradoxe ...

Madame de K a dit…

refléchir (of course)
mon fourchage de clavier est fort disgrâcieux !

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

....tiens faut que je pense à divorcer moi au fait !

ps : Désolé pour ton oeil qui est tombé...

MissTortue a dit…

Moi tout ceci me semble un vague "truc" lointain...
Déjà, j'ai jamais rencontré d'homme qui me donne envie d'investir sur du long terme (ou qui en ait envie avec moi) donc l'idée même de mariage est saugrenue pour moi.

Après, je vois que ça marche pour certaines personnes autour de moi alors je me dis "tant mieux pour elles".

Mais il est vrai que, considérant la somme de tracas divers qu'implique l'organisation du mariage, vaut mieux se terrer à deux sous la couette sans se soucier des remarques d'Oncle Jean, ni de la pression que te met Tante Justine (qui a déjà une idée sur la couleur des nappes alors que t'as même pas encore pensé que tu voulais te laisser passer la bague au doigt)...et encore moins des avis de Mamie Jacqueline ("Marie-toi bordel!") et Cousin Lucien ("Te marie jamais, moi après 5 mariages, j'me rends compte que ça sert à rien!") !!!

En clair, je préfère aller au mariage des autres, j'pense qu'on s'y amuse mieux qu'au sien !

;-p

CarrieB a dit…

@Iyhel : Moi je me dis qu’un mariage à 70 ans (si on tient jusque là), ça serait la plus belle des preuves d’amour.
Pour ce qui est de mes parents, ils ont déjà eu droit à 2 mariages ratés de leurs filles, alors ils ne mettent pas de pression particulière ;-)

@Les élucubrations(…) : Tiens, un voisin drômois !
Merci de tes encouragements, et pour ce qui est de tes filles, je crois qu’elles ne te demanderont pas ton avis…et bon anniversaire à la grande !

@Madame2 : Ben si c’est vrai, et d’ailleurs je n’arrive pas à retrouver ce fichu œil ;-)
Quand le 2ème tombera, je serai bien embêtée pour écrire !
Tu as raison on devrait commencer directement par le 2ème (ou le 3ème, dans certains cas) : on réfléchit un peu plus avant de resauter le pas, et on ne s’encombre plus du superflu.

@Madame2bis : « Réfléchier » n’est-il pas un amusant lapsus, contraction de « réfléchir ça fait chier ? »

@Lolo : Le divorce c’est souvent autant, voire plus de soucis qu’un mariage, alors prends ton temps ! Ne t’inquiète pas pour mon œil, je m’amuse bien à le jeter par ci par là et je le garde près de mon pied, bon pied bon œil.

@MissTortue : Moi aussi je préfère être invitée à celui des autres, et je ne m’en prive pas !
Quand tu auras trouvé le bon, peut-être que l’idée t’effleurera l’esprit…tu m’inviteras, dis ?

dana a dit…

suggestion : vous partez en vacances aux états unis, et en revenant vous dites : on est passés par las végas, un coup de folie, on s'est mariés !

papet croûton a dit…

Moi, je trouve que c'est très sympa de se marier. Moi-même, je me suis marié deux fois, et je ne le regrette pas (surtout, à vrai dire, la seconde).
D'autre part, se marier quand on a déjà des enfants, c'est une très bonne idée ; au moins ils peuvent faire la bringue avec les autres, sinon, ils n'en profitent pas...

Stéf a dit…

hum hummmmm.... j'aime bcp ta dernière pharse et cette ouverture qu'elle laisse...^-^... Monsieur CarrieB ??!!!! T'as lu, ça ????!!!! Hé hééééé... tout n'est pas perdu, tiens bon !!

CarrieB a dit…

@dana : Figure toi que le sujet a déjà été évoqué, mais j’ai trop peur de perdre M.CarrieB au détour d’une table de black jack :-S

@papet : Ben voilà, encore un adepte de la seconde chance ! Je vais donc attendre que mes enfants soient en âge de faire la bringue pour y réfléchir, ça me laisse encore 30 bonnes années ;-)

@Stef : Oui oui, il a lu, et il avait même déjà lu avant, dans la version originale où ne figurait pas cette phrase. Il m’a alors fait remarquer que ce post aurait été l’occasion ou jamais de lui faire ma demande, ou une petite ouverture au moins ;-p

papet croûton a dit…

J'espère que tes enfants feront la bringue avant 30 ans !
Sinon ce serait triste...

Mémère Cendrillon a dit…

Oooooh ben dis donc, j'allais dire que ça sent la mauvaise expérience, ton scénario ... Je suis mariée depuis 6 ans, et moi qui étais vraiment contre, j'ai trouvé cette expérience magique, surtout parce que nous avons tout décidé, tout payé, subi aucune pression, et que mon chéri m'a demandé en mariage alors que je lui tendais un protocole de toubib disant que j'étais stérile à plus de 95 %.
Je ne suis pas croyante, nous avons organisé pour Le Prince essentiellement et sa famille une bénédiction nuptiale, et c'est moi qui me suis plongée dans les textes, et cette cérémonie nous ressemblait de A à Z, jusqu'au choix de l'église (minuscule perdue dans la campagne) et du curé (un médecin africain), nous avions l'immense privilège d'avoir toutes les confessions représentées (ou presque) parmi nos proches et cette cérémonie fut vraiment oecuménique, ouverte sur le monde.
Je m'en foutais du temps, je me suis mariée en plein hiver, début février, mais il faisait un soleil radieux.
Notre mariage était notre mariage, j'en garde un très beau souvenir, simple mais vrai.

Mais je reconnais des mariages de proches dans ton récit, malheureusement...

Des bises

Muse a dit…

j'y suis passée et j'en suis revenue et s'il fallait le refaire aujourd'hui ben...je le referais ...pour la bringue!

CarrieB a dit…

@papet : Oui j’espère bien aussi, mais pas trop tôt non plus !

@Mémère Cendrillon : Heureusement qu’il y en a qui se passent bien et qu’on ne regrette pas, sinon il n’y en aurait plus beaucoup !

@Muse : Etonnamment pour le mien je n’ai pas trop profité de la bringue, tant la pression retombait et l’attention était portée sur le fait que mes invités s’amusent, alors je préfère aller au mariage des autres !

Minipoucine a dit…

Ni pour ni contre le mariage, perso, je me suis jamais posé la question. je crois que je me la poserais si un jour on me demande en mariage, ce qui n'est pas près d'arriver pour le moment!;)

Evin a dit…

Excellente note !! Et c'est complètement ça ! J'ai pris mon pied à la lire, vraiment.
Rien à ajouter si ce n'est que n'ayant jamais été spécialement fleur bleue dans l'attente du prince charmant, les mariages, je les préfère chez les autres ;-)

féekabossée a dit…

Alors alors, quand est ce qu'on fait la bringue ????

gaël a dit…

en effet, je crois que beaucoup de gens "vivent" le mariage comme tu le decris, mais moi (ou nous plutôt) qd nous avons decidé de nous unir, il etait evidnet que ce serait super simple . Parce que le but etait de montrer notre Amour et nous offrir 1 moment romantique, alors pas de gros budget, peu d'invités, des tables sortis dehors avec de grandes salades et voilà .....

l'important etait de reunir les gens que j'aimais ( 3 amies, mon frère et ma soeur) et c'est tout ! :)

depuis, j'ai divorcé, tout aussi facilement ....


en ce moment je suis vraiment bien avec mon chéri et nous envisageons 1 trèèèèèèèèèèèèèès longue vie ensemble, mais le mariage, je ne sais pas ! s'il a lieu ce sera surtout pour faciliter l'adoption que nous envisageons :)


allez ! je t'envoie 1 bouquet d'algues en guise de bouquet de mariage !!! bisous +++++

CarrieB a dit…

@Minipoucine : Tant qu’on n’est pas concernée, inutile de se poser la question je crois, tout est question d’envie à un moment donné !

@Evin : Merci, mais je suis sûre qu’au fond de toi (mais si, regarde bien) sommeille une fleur bleue-petite princesse qui n’attend qu’une demande fabuleuse d’un prince charmant…En attendant, t’as bien raison, faire la bringue au mariage des autres, c’est vraiment ce qu’il y a de mieux!

@ma fée : Ben quand tu veux ! On ne va quand même pas attendre que je me marie pour ça ???

@gaël : Oh oh, une adoption me dis-tu ? Vous avez déjà des projets aussi sérieux ? Doucement dans votre histoire, j’ai du mal à suivre moi ! En tous cas vraiment heureuse de votre bonheur retrouvé, et merci pour les algues, ça sert toujours!