22 avril 2008

Paris, tu paries ?

C’est un peu comme ça qu’avait été lancée l’idée d’une folle escapade à Paris par ma fée préférée, qui s’est concrétisée il y a 15 jours déjà…
Mais au fait, à quoi reconnaît-on deux provinciales qui passent quelques jours à la capitale ?
Elles commencent par se perdre dans le hall de gare, ensuite se retrouvent systématiquement sur le quai de métro opposé à leur destination et, une fois dans la rue, prennent encore la mauvaise direction.
Elles ne se déplacent jamais sans leur plan détaillé des arrondissements et arrêts de métro, mais ne le tiennent pas forcément dans le bon sens.
Elles remarquent immédiatement que Paris ne sent pas bon, ni en sous-sol, ni en surface, et n’arrivent pas à faire abstraction du mélange d’odeurs qui atteint leurs narines, mais éveillent tous leurs autres sens pour compenser.
Elles courent, comme les parisiens, mais pas pour les mêmes raisons : d’abord emportées par le mouvement, elles veulent voir tant de choses, visiter, découvrir, que le temps leur manque toujours.
Elles s’excusent lorsqu’elles se font bousculer, sourient et osent même parler à des personnes qu’elles ne connaissent pas, tout en restant polies.
Elles ne s’engouffrent pas dans la première bouche souterraine en cas d’averse, elles préfèrent admirer l’architecture urbaine de plain-pied, même sous la pluie.
Elles ne regardent pas où elles marchent, leurs yeux s’attardent en l’air, sur des bâtiments chargés d’histoire ou bien plus hauts qu’elle n’en voient au quotidien.
Elles refusent de se laisser prendre au piège des attrape-touristes chargés de porte-clés Tour Eiffel et de T-shirts « I love Paris », mais s’attardent anormalement dans les boutiques des musées.
Elles se font aborder dès la sortie du train pour se faire vendre des livres d’occasion au prix des neufs, et enchaînent sur une bonne partie des malheureux de la ville lumière, en demande d’argent, de cigarettes ou d’attention.
Elles s’émerveillent de chaque chose, et par-dessus tout de ce choix trop large d’activités dont les autochtones n’imaginent peut-être pas le côté exceptionnel.
Elles n’hésitent pas à aider, dans la mesure de leurs capacités et de leur sens de l’orientation, d’autres provinciaux égarés à trouver leur chemin.
Elles disent qu’elles adorent Paris, mais n’envisageraient pas même une seconde d’y vivre.
Elles aiment se perdre dans les rues à la lueur des réverbères en refaisant le monde, et arriver malgré tout à retrouver leur hôtel, même au petit matin.
Et pour ces deux là, ce week-end précis, elles savent apprécier la douceur d’un soir en terrasse à Beaubourg, une pièce aussi intime qu’hilarante* et un restaurant aussi inattendu qu’expérimental**.
Elles découvrent avec admiration les grands classiques du Louvre, puis une exposition surprenante et qui submerge d’émotions***.
Elles rencontrent des blogueurs au grand cœur****, voient l’Opéra, Notre Dame, l’Ile Saint-Louis, Pigalle, Luxembourg, Montmartre, le marathon de Paris et tant d’autres!
Elles rentrent chez elles trop vite, épuisées mais des images plein les yeux et des sourires plein le cœur.
Paris, tu paries, Paris, que je te quitte?
Mais que je reviendrai un jour y rejouer la provinciale, ça c’est sûr, et avec plaisir.

* «
Quand je serai grande j’aurai des chaussures rouges », pièce tendre, émouvante et drôle aux Blancs Manteaux, avec Valentine et Sandrine, comédiennes au bagout et au dynamisme sans faille : une soirée fous-rires à ne pas rater !

** « Dans le noir ?», ou comment manger un menu surprise (ou boire un verre) dans l’obscurité totale, avec l’aide de guides non-voyants d’une grande compréhension : expérience sensorielle aussi étonnante que déstabilisante.

*** « Sorbonne Plage », à la bibliothèque Nationale de France, jusqu’au 18 mai, manuscrits originaux, photographies, dessins, films et enregistrements d'époque : correspondances, idéaux, et liens de 4 prix Nobel engagés

****
Mme de Keravel (et Monsieur, bien sûr, quel accueil!), Pepina (et junior, adorable) et Titouns (en coup de vent, à regrets)

24 commentaires:

LOLO, Tahiti Herald Tribune a dit…

Sympa... je vous imagine bien !
Merci de nous avoir fait partager la ballade...
On s'y croirait...

kundun a dit…

mouaaaaa les bouseuses, se paumer dans paname...non franchement z'avez pas honte les filles?
(et souviens toi bien des menaces de la Tortue...)

madamedekeravel a dit…

Si si, les autochtones se rendent bien compte de la chance qu'ils ont de vivre dans une si belle ville (ou juste à côté). Et tu reviens quand tu veux, tu sais dans quel sens prendre le RER maintenant ;-)

NatpointG a dit…

Très joli billet... ça me rappelle mes vacances de l'année dernière. Faut être maso pour passer ses vacances à Paris hein...

bises

féekabossée a dit…

Ha !N'empêche qu'est ce que je suis contente d'être une "régionale" pour avoir la chance de monter à la capitale de temps à autre, sans avoir à en supporter les aléas !
Et au moins avec nos bouilles d'ahuries, c'est vrai qu'on a tendance à nous demander tout et n'importe quoi, faciles d'accès les minettes ! Pas comme le métro ou le RER donc ...

nina de zio peppino a dit…

Cela m'a fait penser à mes escapades à Paris avec mon amie Anne. Notre stage de théatre. La folie shopping. Nos errances nocturnes. Notre désarroi lorsque nous nous perdions…

Pema a dit…

Je n'ai jamais autant apprécié la capitale que depuis que je suis devenu provinciale...
Joli périple les miss, j'aurais aimé être de la partie... comment ça je radote?!!!

MissTortue a dit…

Ah, Paris...

La Fée elle a tellement aimé Paris qu'elle a voulu que moi aussi, je profite du métro parisien ce WE !! eheh

Mais confidence de Tortue : j'avais tellement les yeux qui se croisaient sur le plan du métro après m'être assommée contre la vitre du TGV ( et y'avait tellement du monde partout dans la gare de Lyon!!!) que cédant à la panique, à la flemme et à la "provinciale attitioude"...j'ai pris un taxi!

Honte à moi...
:-D

richard a dit…

J'aurais aimé vous y croiser.

Anonyme a dit…

"Mais arrête", elle m'a dit ma copine parisienne...
"Mais quoi, qu'est-ce que j'ai fait ?" ai-je demandé en toute innocence.

"Mais rien, c'est juste que tu dis toujours au revoir, merci, bonne journée à la caissière, on se fait chaque fois remarquer"...

Paris, c'est bien mais franchement, là seule fois où j'ai rigolé avec quelqu'un dans le métro, c'était... avec une nana qui venait de Lyon !

Moralité, j'adore aller dans cette capitale, elle contribue aussi à me faire aimer mon coin de péquenauds !

Merci pour ton billet, il est tellement vrai !

Madame Poppins qui n'arrive pas à se connecter, grrrrrr !

Nahimage a dit…

c'estvrais qu'on coure comme des cons, on se demande bien après quoi au fond.

CarrieB a dit…

@lolo : En vrai c’était encore mieux que ça, mais quel marathon !

@kundun : Bouseuses, et fières de l’être ! Même pas honte ! (et j’ai bien pris note des menaces, mais c’était inutile)

@Madame2 : Bon, alors c’est tant mieux, parce que chez nous, quand il s’agit de sortir, le choix n’est pas bien large ! Merci, je reviendrai avec plaisir me délecter de tes bons petits plats sans me tromper de sens (enfin normalement).

@NatpointG : Des vacances à Paris? Ben quoi, c’est plutôt original et je pense que quand les parisiens n’y sont pas, ça doit être encore mieux ;-)

@ma fée : Voilà, à l’occasion, c’est génial, au quotidien, ça doit l’être moins.En tous cas je suis bien contente d’avoir pu partager cette expérience avec toi.

@Nina : Ben voilà, tout pareil, sauf qu’on a été raisonnables sur le shopping !

@Pema : Comme la plupart des déracinées, remonter aux sources de temps en temps nous permet de mieux apprécier l’endroit. Et la prochaine fois, t’auras intérêt à venir avec nous !

@MissT : On reconnaît bien là la légendaire générosité de la fée ! Mais nous, on n’a pas été jusqu’à prendre le taxi, nanananèreu : oui, tu dois avoir honte ;-)

@richard : Alors ça aurait été en coup de vent, tant nous avons couru à travers les rues de la capitale !

@Mme Poppins : Mais que serait donc Paris sans les provinciales, je te le demande ? Heureusement que nous sommes là pour sauvegarder le patrimoine de la politesse et des bonnes manières, échange de bons procédés contre les activités culturelles dont on profite !

@Nahimage : Après le temps ? Après la vie ? Après l’impossible ? Après les rêves ? Ou peut-être pour fuir ? Excellente question, je ne saurais y répondre, en tous cas bienvenue à toi.

Muse a dit…

voilà de quoi occuper toute provinciale...mais à vivre à la campagne, on devient vite la provinciale d'une ville un peu plus grande et l'on s'emmerveille tout autant. Allez courage et qui sais si un jour je ne jouerai pas la provinciale à l'échelle du monde.

gael a dit…

Moi aussi, j'aime Paris, et quelques parisiens bien particuliers me manquent terriblement :( je n'exclue pas du tout d'y retourner pour y (re) vivre, ds qq années :)

bisous rochelais

Mémère Cendrillon a dit…

Paris, comme toutes les très grandes villes, vue de l'extérieur, a un charme tout à elle. On aime y venir, et en partir...

Minipoucine a dit…

Merci pour le partage de cette chouette journée!
Pour Bruxelles, c'est un peu pareil, on reconaît vite les touristes, mais on est moins, beaucoup moins pressé, crois-moi!Oh et puis si un jour, l'envie te prend d'y passer, fais-moi signe!:o)
Bisous

Titouns a dit…

Pour survivre à Paris:
- je roule à moto (parfois sur les trottoirs, bon d'accord c pas top mais tellement parisien)
- je ne reste pas là les week ends (ça aussi c parisien non?)
- et si je reste je vois plein de gens de passage, entre deux trains, deux avions, un métro, deux RER... (ok ça aussi c parisien)
- et je ne suis pas une vraie parisienne comme la plupart des parisiens
- j'essaie de rester polie, de sourire et je me fais jetter comme une pas parisienne, ah je te jure...
en tout cas même en coup de vent ça m'a fait très plaisir de vous avoir vue...

Mellyw a dit…

ouais, moi aussi j'adooore Paris depuis que je n'y habite plus et suis devenue provinciale (depuis bien longtemps) et peux en profiter pleinement quand j'y vais !

marrant ton récit !!

CarrieB a dit…

@Muse : Oui, ou la provinciale d’un village, où l’on s’attache alors plus au département complet et à toutes ses richesses. Je crois que j’ai ici trouvé vraiment l’endroit où je souhaite passer un bon bout de vie, et j’en suis vraiment heureuse, mais le monde n’attend que nous, il y a tant de choses à découvrir !

@gael : Y vivre ? Après La Rochelle ? Tu crois que tu y arriveras ? Et la mer, et les grands espaces, et le calme, tu en fais quoi ? Je suis sûre que ça te manquerais ;-)

@Mémère Cendrillon : Oui c’est ça, y venir, mais aussi en partir et retrouver la sérénité de la province, le luxe du calme et de la vie au grand air !

@Minipoucine : J’adorerais visiter Bruxelles, ça m’a l’air d’être une très jolie ville, alors pourquoi pas pour la prochaine expédition ? Et bien sûr que je ne manquerai pas de te faire signe si l’occasion se présente, j’aurai besoin d’une bonne guide et ça me ferait vraiment plaisir de te rencontrer.

@Titouns : C’est clair qu’en voiture ça doit être difficilement vivable Paris ! Et si tu souris et que tu es polie, ben c’est sans doute que tu n’es absolument pas une vraie parisienne ;-) La prochaine fois, promis, on essaie de se voir plus longtemps.

@Mellyw : L’avantage sans doute d’y avoir vécu, même il y a longtemps, est qu’on a des repères et qu’on n’est pas totalement perdues comme nous, alors ça doit permettre d’en profiter encore plus et mieux !

Chris d'Ego a dit…

Pour moi, Paris c'est un choc. Après m'être exhilée 6 ans à l'étranger, où la politesse, le respect, la civilité régulaient mon pays d'accueil, je me retrouve confrontée à une ville éblouissante par sa beauté, sa richesse culturelle et sa diversité. Mais je me heurte dans ma recherche d'emploi à des comportements de gens qui ont une peur bleue de l'inconnu, de l'ambition et se montrent si arrogants. Ce n'est pas une légende, c'est une réalité. Où est ce brin de folie, notre côté latin, notre flexibilité?

Madame de K a dit…

t'es où ? ça va ?

féekabossée a dit…

ha bah tiens les grands esprits se rencontrent... je venais voir si tout allait bien par ici, mais y'a Madame qui m'a devancée, comme d'hab' !

Anonyme a dit…

Kikou , en passant chez Mereindigne, j'ai vu ton adresse et comme j'ai un peu de temps aujourd'hui, je flâne sur les blogs...bon dimanche

danyboy a dit…

Kikou , en passant chez Mereindigne, j'ai vu ton adresse et comme j'ai un peu de temps aujourd'hui, je flâne sur les blogs...bon dimanche