28 février 2008

Entretien d’embauche : attention sport extrême !

Après le rafting, le parapente ou le bobsleigh, j’ai trouvé, un peu malgré moi, un nouveau hobby générateur d’adrénaline : l’entretien d’embauche.
Il a l’avantage de n’être coûteux qu’en temps, même si le temps c’est de l’argent, enfin plus pour l’entreprise que pour le candidat quand même.
Il ne nécessite pas d’équipement particulier, juste une tenue correcte et un tant soit peu élégante, dans laquelle on se sente bien.
Au niveau des protections, ni casque ni harnachement : une solide personnalité est censée suffire, les attentes mesurées et les pieds sur terre.
Tout comme la veille d’une épreuve sportive, il vaut mieux éviter les abus et fêtes trop bien arrosées, sous peine de ne pas avoir le temps de retrouver tous ses moyens pour le face à face.
On peut manger presque ce que l’on veut au repas qui précède l’épreuve, sans craindre la nausée, sachant qu’il est toutefois recommandé d’éviter légumes secs et plats trop généreusement épicés, pour convenance personnelle tant que pour le confort de l’interlocuteur.
Pas d’exigences climatiques favorables, si ce ne sont celles qui permettent d’aller au point A domicile au point B lieu de l’entrevue par un moyen de transport approprié dans de bonnes conditions.
C’est une discipline qui se pratique de préférence seul, parce qu’en groupe la solidarité n’est pas toujours de mise, avouons le : les coups bas sont fréquents et l’esprit d’équipe totalement absent.
Elle nécessite d’être d’une ponctualité sans faille, sous peine non seulement de laisser une très très mauvaise impression, mais aussi et surtout de rater sa chance à tout jamais.
Avec un entraînement régulier, elle permet de garder le cap sur ses objectifs et d’en améliorer la pratique.
La condition physique y est moins importante que la psychologique : un long entraînement mental peut être nécessaire, avec option répétition orale, au volant de sa voiture ou dans le métro (pour les adeptes de la dernière minute), ou encore devant le miroir de la salle de bain (pour les nostalgiques des discomobiles des années 80, ou pour vérifier la cohérence de l’ensemble geste/discours/apparence).
Stimulé par l’adrénaline, il n’est pas rare d’y accomplir des exploits, tours de force de facilité d’élocution, d’assurance et d’aisance d’échanges dont on ne se serait pas senti capable quelques heures plus tôt.
Cela n’empêche pas l’entretien de pouvoir être aussi épuisant pour l’esprit que pour le corps (et ce, sans penser à la promotion canapé bien sûr), le stress causant inévitablement et entre autres quelques contractures musculaires et encombrant la tête de toutes sortes de questions aussi stupides qu’inutiles (puisque a posteriori).
Alors, comme avant et après le grand saut, les coups de fil et SMS affluent, pour encourager et rassurer d’abord, pour savoir et rassurer encore ensuite.
Dans la plupart des cas, on en sort content de l’avoir fait, mais soulagé que ce soit fini.
Mais là où la situation se complique et où la différence avec les autres sports extrêmes se fait vraiment ressentir, c’est au niveau de l’échéance, de la réservation, du rendez-vous, parce qu’on a beau faire de notre mieux, envoyer de jolies lettres, une photo avec un beau sourire, téléphoner gentiment, l’initiative viendra toujours du recruteur.
Et une fois le cap passé, il y a encore cette attente lourde, pesante, insoutenable, et cet espoir mêlé d’angoisse, qui aboutissent bien plus souvent à des déceptions qu’à des joies et en font une activité des plus fortes en émotions.
Cependant, bien plus que du mérite, une satisfaction personnelle ou un certificat, l’entretien d’embauche peut ouvrir de belles promesses d’avenir et ça, c’est un sacré enjeu.

18 commentaires:

Chris ... de Burgh a dit…

Effectivement, c'est un véritable parcours du combattant ! D'un autre côté, c'est également un test permanent de notre propre valeur '' marchande '' !
Je n'en suis fort heureusement plus là...maintenant, c'est moi qui sélectionne les candidats !
Gros bisou d'une grande soeur.

madamedekeravel a dit…

La dernière fois que j'ai eu à passer des entretiens, j'ai trouvé ça tellement pesant d'aller faire la pute (excuse-moi, mais il s'agit bien de ça non ? ;-) que j'ai passé un concours de la fonction publique ( et je l'ai eu ;-). Là au moins les chances étaient équitables. Parce que sinon, essayer de vendre une femme divorcée avec 2 enfants en bas âge et en moyenne condition physique, il aurait fallu que je sois une super bonne commerciale ! (ce que je ne suis pas !).
Bon, je te raconte ma vie là ... c'est en attendant de le faire en vrai ;-)))

Stéf a dit…

ahhhhhhhh les entretiens d'embauche... tout un poème : très bien résumé par tes soins, comme d'hab ;) !!
J'espère d'ailleurs que tu n'auras pas trop à en "subir" pour trouver celui qui t'apportera LE poste de tes rêves ;)(ou du moins celui qui s'y approche le plus ;)).
Plein de courage à toi et vas y, on y croit ma belle !!

féekabossée a dit…

Hou là là, moi je déteste ça, je bégaie, j'ai huit mots de vocabulaire, et encore... je deviens tour à tour, pivoine ou transparente, une vraie cata' ! Et alors oui, quand tu viens à dire, divorcée, deux enfants, ouarkkkk !
Du coup, j'ai opté aussi pour les concours comme Madame, et c'est (ou c'était, par ce que ça se complique pà) plus équitable oui !
Mais toi, je t'imagine bien dans ce sport de haute voltige, oui, t'aimes trop les défis pour ça !

kundun a dit…

je m'en souviens d'un pour être commercial, j'avais écrit deux lettres, une réponse, le gars me pose à brûle pourpoint LA question piège:"qu'est ce qui vous fait penser que je vais vous prendre plutôt qu'un autre? "
Et là, je l'ai regardé bien droit dans les yeux et j'ai répondu: "si je ne savais pas que vous allez me prendre, je ne me serais pas levé ce matin".
Ce con, il m'a pris...bon un mois après je me suis tiré, c'était trop galère.
comme quoi, si moi j'y arrive, c'est possible. A bientôt.

Minipoucine a dit…

Mon dernier entretien commence à dater un peu. Mais je pense qu'on peut se reconnaître à travers ton récit qui résume si bien ce que l'on traverse tous pendant une telle épreuve. Perso, j'ai parfois réussi de très bons entretiens mais il y en a certains dont je ne suis pas fière et que j'ai très bien foirés. J'espère ne pas avoir en repasser de sitôt et je te souhaite plein de courage et de chance!Bises

Mémère Cendrillon a dit…

Je viens de passer 2 longues journées épuisantes à rencontrer des candidats... et no comment. C'est éprouvant des deux côtés, je pense. Faut gérer aussi les larmes parfois, les blocages, les silences, les non-dits, pffff. Pas tjs évident. Je te souhaite pleins de belles rencontres !

lunelô a dit…

moi je deteste ça sauf quand ça se mue en convers' informelle efficace mais decontract' ce qui arrive dans euh 5% des cas?
meme s'im parait que certains recruteurs se donnent la peine, je prefere tjs les rencontres avec les operationnels et n'aime definitivement pas être prise pour un numero...
Bon courage a toi ma belle...
Comme a dit l'autre, le recruteur te choisit mais tu le choisis aussi.. .Bientot tu trouveras un interlocuteur a ta mesure...

CarrieB a dit…

@chris : Un parcours du combattant, mais parfois des 2 côtés, ça ne doit pas être facile non plus de trouver la perle rare sur de simples conversations. Quant à ma « valeur marchande », pour le moment c’est moi qui la fixe alors ça va. Bisous soeurette.

@madame2 : Faire la p… ? Je n’avais jamais vécu ça comme ça, plutôt comme un échange de propositions – honnêtes pour la plupart – qui peuvent mener à entente ! Mais c’est normal, bien que mère de 2 enfants en bas âge gérant seule leurs journées je suis plutôt une bonne commerciale ;-) J’ai hâte que tu me racontes ta vie en vrai !

@stef : Je commence sincèrement à me demander si le poste de mes rêves existe ou s’il faut que je le crée ! Si au moins je pouvais en trouver un qui s’en approche, ce serait déjà un bon début. Mais dis donc, tu accouches dans 4 jours, c’est toi qui vas avoir besoin de courage, youpiiiiii !!!

@ma fée : J’ai tenté une fois un concours de la fonction publique l’année du bac, on était 400 et je n’avais pas été sélectionnée avec une moyenne de 18 sur toutes les épreuves, alors j’ai pas trouvé ça très juste que d’autres y soient arrivés sans même les avoir passées !
Du coup côté équitable j’ai eu un gros doute. Mais c’est vrai que ça me plait bien la haute voltige en fait !

@kundun : C’est le genre de question que j’adore, avec tout un tas d’autres qui reviennent systématiquement. Le tout est de savoir y faire face avec brio, de toutes façons rien n’est à perdre, et seule la victoire est belle ! A tout bientôt…

@Minipoucine : Merci pour tes encouragements, le tout est de se dire que les entretiens, réussis ou non, nous feront des anecdotes bien sympathiques à raconter avec du recul un jour ou l’autre ! J’ai le souvenir d’entretiens catastrophe dont je rigole déjà maintenant alors…

@Mémère Cendrillon : Je comprends bien que ce soit difficile de part et d’autre, mais heureusement je n’ai jamais encore pleuré au beau milieu d’un entretien ! J’imagine à quel point ça doit être gênant, en tous cas merci pour tes souhaits.

@lunelô : Je n’ai pas l’impression que la mue en conversation informelle soit forcément la plus efficace : à chaque fois que ça m’est arrivé, je suis partie certes en bons termes mais pas avec le job ! Quant aux rencontres numéros, je déteste aussi, on est des êtres humains quand même, m....
Merci pour tes encouragements, et je pense bien qu’un beau jour je trouverai le bon.

Pema a dit…

Joliment tourné Miss Carrie...
Ma carrière dans la fonction publique n'a pas empêché ce genre d'épreuves parce que l'oral des concours y ressemble trait pour trait...
Te souhaite très sincèrement de trouver ze job! (et non pas je zob, ce qui ne veut rien dire...)

MissTortue a dit…

Tout comme MadameDe, La Fée et Péma, je me suis orientée vers un concours de la fonction publique...

J'ai donc subi une seule fois l'épreuve du feu devant trois guignols, même pas en costard :
*une prof de sport avec son chrono dans la main pour voir si mon exposé durait bien les 20 minutes réglementaires,
*un théoricien tatillon qui m'a posé ensuite plein de questions sur le vocabulaire utilisé dans mon mémoire,
*un inspecteur qui rédigeait probablement sa liste au Père Noël (on était déjà au mois de juin quand même, donc faut anticiper) pendant que les deux autres discutaient avec moi et qui ne m'a pas adressé la parole une seule fois, ce qui ne m'a pas empêché de lui sourire à intervalles réguliers...

Si c'était à refaire ceci dit, je le ferais avec encore plus de motivation, parce que maintenant, je sais à quel point ce boulot vaut plus que les 45 minutes de torture de l'entretien !!!

:-)

alexia a dit…

effectivement c'est un sport extrême...qu'on soit mariée, divorcée, en concubinage ou célibataire,jeune ou moins jeune, qu'on ait des enfants ou non, il n'y a jamais de profil idéal pour un employeur lorsqu'il s'agit de femmes. Si elles ne sont pas mariées,elles finiront bien par y être ou par rencontrer celui qui les empêchera de bosser le weekend, si elles n'ont pas d'enfants elles finiront bien par en avoir ou en vouloir, si elles en ont déjà, les risques d'absentéisme se présentent, si elles sont plus âgées l'etat de santé se dégrade, la routine des 25 ans de mariage leur prend le choux et fini par avoir des conséquences sur leur comportement... les hommes ne se prennent pas autant la tête et c'est pour ca que la concurrence est dure!

Chris d'Ego a dit…

Je partage complètement ta vision de l'entretien.Depuis quelques mois, de retour en France, je recherche aussi le job de mes rêves. A 30ans, je me sens mieux dans ma peau et sais ce dont j'ai envie et resp. pas envie. Cela me permet d'aborder les entretiens avec plus de sérennité au risque de laisser un sentiment pas toujours positif au recruteur: a-t-elle trop confiance en elle? est-elle une vraie guerrière? Eh oui, on va chercher loin pour trouver le profil parfait. Je suis juste sereine et fière de mon parcours, pourquoi alors adopter un comportement mélé de doutes et d'agressivité? En restant moi-même, je suis sûre que je finirai pas trouver un environnement adéquat.

gael a dit…

ça donnerait presque envie ton truc ..... !

CarrieB a dit…

@pema : On y est tous confrontés un jour ou l’autre, pour un examen, un oral, un concours d’entrée…le tout est de se connaître suffisamment je crois, et de prendre un peu de recul pour évaluer la situation. Merci pour tes souhaits, mais je suis persuadée que ça arrivera un jour ou l’autre !

@MissTortue : Que de fonctionnaires dans mon lectorat, ça m’impressionne toujours ! Les entretiens de ce type ne sont motivants que si on y rencontre en face de soi des personnes motivées elles aussi je pense, mais tu as raison : le jeu en vaut souvent la chandelle, alors autant le jouer jusqu’au bout, sans s’attacher véritablement aux personnalités que l’on rencontre à ce moment-là.

@alex : Pas facile pour une femme effectivement, mais la concurrence est d’autant plus féroce chez les hommes qu’aucune des obligations liées aux femmes ne les distinguent vraiment ! Les femmes ont quand même d’autres atouts à mettre en valeur…comme le sens de l’organisation, une certaine rigueur ou un sens du devoir et du travail bien fait plus exacerbé ;-)

@Chris d’Ego : D’abord bienvenue, et ravie d’avoir découvert ton blog. L’avantage de l’âge est sans doute que l’on se connaît mieux, qu’on a quelques expériences significatives à notre actif, et qu’on sait ce qu’on veut ou ne veut pas ! On a appris que se survendre ne servait à rien, et que seul comptait l’adéquation de notre vraie personnalité à un poste donné et à un esprit d’entreprise. Alors si ça doit prendre plus de temps, pas grave, l’essentiel est de trouver quelque chose qui nous épanouisse, non ?

@gael : Ben alors vas-y, fonce ! Tu verras c’est que du bonheur toutes ces émotions, et dans tous les cas on en sort en se connaissant mieux, un peu comme chez le psy quoi !

Pas à pas se fait notre chemin a dit…

Bonjour à tous
je vague de tag en tag et me laisse entainé par les blogs visités

je me lance moi aussi dans ma campagne electorale, je grapille vos votes pour mon blog, et que vois-je vous etes aussi inscrit, merci de me dire dans quelle categorie pour voter pour vous

je suis inscrit au concours du "Festival de la ville de Romans" dans la categorie : litterature
Alors si ce blog vous plait voici la demarche à suivre
Cliquez sur le liens suivant


http://www.festivalderomans.com/festival_de_romans/participants/
vous cliquez sur: litterarture, romans fiction
vous cliquez sur "pas a pas se fait notre chemin"
vous cliquez sur : fiche detaillée, et vous votez (merci)
Vous recevrez un mail pour confirmer votre vote

Anonyme a dit…

Bonjour,

Je travaille pour une société événementielle, nous aimerions vous faire parvenir une invitation mais nous aurions donc besoin de votre adresse email.
Merci de bien vouloir nous l'envoyer par email à l'adresse suivante :

buzzenginefrance@gmail.com

Merci,
à bientôt,
Laura.

Maky a dit…

Pour info :
Sans compter que parfois ces entretiens sont "bidon", uniquement faits pour que le cabinet se constitue un fichier...
Il faut le savoir !